Je dis ce que je pense

Yo soy el que te recuerda cómo estamos de jodidos

Félicitations, vous êtes brésilien ! Une économie dynamique qui croît sans arrêt. Un géant latino, dont la monnaie est deux fois plus forte que celle de l’Argentine. Un potentiel immense à explorer, un pays peuplé de gens heureux et chaleureux.

Félicitations, vous êtes “paulistano” ! La quatorzième ville la plus mondialisée du globe. La ville qui possède le dixième plus grand PIB de la planète. La ville qui accueille la deuxième plus importante bourse de valeurs du monde. Une ville d’ethnicité européenne, mais dynamique et avancée comme une métropole américaine.

Des docteurs en psychologie ont découvert une logique très efficace pour qu’un être humain atteigne n’importe quel but. Elle s’appelle le contraste mental. Le principe de base est d’imaginer les bons et les mauvais aspects de votre objectif puis de les confronter.

Mais pourquoi est-ce si difficile de faire cohabiter des idées contradictoires dans notre esprit ? Parce que notre cerveau a tendance à éliminer toutes les pensées paradoxales. C’est comme lutter contre notre propre nature.

Mais alors pourquoi le contraste mental est-il si efficace ? Parce qu’il vous force à prendre une décision: soit vous vous donnez les moyens d’atteindre votre but, soit vous abandonnez.

Félicitations, vous êtes brésilien ! Habitant d’un pays dans lequel il est plus important d’avoir le portable le plus cher qu’avoir ses enfants à l’école. Une nation dont les citoyens croient qu’il est bien de tirer partie des autres. Un pays qui préfère parler de football que de discuter des politiciens qui volent la population.

Félicitations, vous êtes “paulistano” ! Une ville où les riches détestent les pauvres. Une métropole dans laquelle il est bien d’offrir comme cadeau une voiture à votre fils qui est à la faculté, même s’il met 2 heures et demie à arriver où il veut. Une des villes les plus mondialisées de la terre, et en même temps un lieu où plus de 625 mille personnes vivent avec moins de 140 réaux par mois.

Oui, la vérité fait mal. Mais je suis fatigué de l’hypocrisie. Personne au Brésil ne vit au paradis et nous sommes loin d’avoir résolu notre problème. Je parle de São Paulo parce que je suis paulistano depuis toujours. Qu’est-ce qu’ une ville où un entrepreneur va construire un QUARTIER entier dans la ville ? Qu’est-ce qu’une ville ou il y a presque deux voitures par personne ? Qu’est-ce qu’une ville qui se vante d’être développée, mais n’a de ville-jumelle qu’une ville de 1,5 millions d’habitants (presque 7 fois plus petite que São Paulo) comme Barcelone ? Qu’est-ce qu’une ville qui positionne des policiers armés dans une université pendant que, à chaque trimestre, plus de 10 personnes sont tuées ?

Quelle est donc la solution ? Investir dans le métro? Oui, investissons dans um transport public de qualité ! Alors, São Paulo sera un centre de développement et de qualité de vie parce que nous aurons réglé un des plus grands problèmes de la ville. Alors plus de 10 millions de gens vont affluer du reste du Brésil et du monde en cherchant des facilités qu’on trouve dans une ville pleine d’opportunités avec une bonne qualité de vie. Comme ça, nous n’aurons pas régler les choses, parce que nous aurons le même problème de nouveau.

Et que faire avec la circulation, la pollution, les inondations, l’effet de serre, la pluie acide, et les autres dans une ville comme São Paulo? Je me proposerais d’écrire un texte argumentatif si j’avais des idées logiques, pratiques et concises à défendre. Cependant, je ne les ai pas, je ne suis pas un académique et les débats croissants sur tels problèmes écologiques me donnent de plus en plus la certitude que plus on en parle, plus c’est nul.

L’unique idée que je défends – j’ai utilisé plus de 3000 caractères pour y arriver – c’est que rien n’est tel qu’il devrait être. Peu importe si vous positivez et niez les problèmes. Alors, faisons comme les psychologues américains nous suggèrent: confrontons nos idées et cherchons un but commun. Pour nous et pour le monde entier.

Fabrício Bernardes